PERTE DE POIDS, BOULIMIE, OBESITE perte de poids avec sophorologue evry

De nos jours, la société accorde une place relativement importante au corps et tant mieux, puisque la rupture entre le corps et la psyché était une réalité pendant une bonne partie de l’histoire occidentale. Tantôt la religion, tantôt des disciplines comme la psychanalyse, tantôt l’éducation elle-même, considéraient le corps comme une simple enveloppe, allant parfois jusqu’à le condamner.

La réconciliation entre le corps et l’esprit est bien en marche. Il existe ainsi plusieurs moyens de s’y engager. Toutefois, certains d’entre eux restent illusoires : par exemple, lorsque l’on cherche à dominer son corps, à le façonner, parfois avec violence… mais en le niant, en ne l’écoutant pas, en oubliant l’élan vital qui est en nous.

Le manque d’écoute et le lien altéré entre le corps et l’esprit auxquels sont confrontées certaines personnes renvoient certainement à une histoire personnelle, à des souffrances parfois. Certains auteurs, comme le psychiatre Wilhelm Reich, estiment d’ailleurs que le corps exprime une histoire émotionnelle, à travers ses déformations et parfois ses souffrances psycho corporelles.

Je t’aime, moi non plus

Prenons deux exemples qui illustrent parfaitement le lien altéré entre le corps et l’esprit :
1) les culturistes : guidés par le culte de la performance, ces derniers cultivent leur corps, en se faisant fréquemment violence, pour le modeler, le faire grossir selon des standards. Ces derniers prennent souvent plaisir à s’observer, à se comparer aux « standards ». Or, ce plaisir est lui-même souvent à l’origine de souffrances, soit présentes (tendinites, pathologies récurrentes liées aux charges lourdes…), soit futures (problèmes rénaux liés à des régimes hyper-protéinés suivis au long cours, hernies, arthrose…).

2) les personnes en surpoids (obésité, boulimie) : elles présentent également une forme de dualité qui peut sembler ambiguë. En effet, d’un côté elles peuvent éprouver du plaisir à manger ; de l’autre, ce plaisir est lui-même objet de souffrances (« je ne me supporte plus », « je ne suis plus en mesure d’être aimée », « je suis monstrueuse quand je me vois dans un miroir »…).

Aussi curieux que cela puisse paraître, dans les deux cas, les limites ne sont pas clairement établies entre la prise de masse (musculaire ou grasse) et la prise de risques. Car la culture physique excessive comme l’obésité peuvent être à l’origine de multiples pathologies (HTA, diabète, problèmes ostéo articulaires…). Les similitudes entre ces deux exemples pourront peut-être réduire la culpabilité des sédentaires et, surtout, rassurer les personnes en surpoids, pour lesquelles la sophrologie trouve des applications particulièrement privilégiées !

Les régimes alimentaires, l’exercice physique adapté, certaines interventions chirurgicales (ballon gastrique, techniques gastro plastiques) sont des réponses concrètes et particulièrement efficaces. Cependant, ces démarches sont d’autant plus efficaces si la personne restaure son lien corps/esprit, en se réappropriant le droit d’avoir un vécu corporel dénué de culpabilité, de honte, de complexes sous-jacents. L’écoute du corps et la pleine conscience psycho corporelle permettent ainsi de s’offrir un plaisir corporel (aussi mineur soit-il, il restera plaisir) : sensations de détente, de plénitude, d’harmonie…

Grâce à la sophrologie, les dualités évoquées ci-dessous sont apaisées et disparaissent. Le Dr Auquier souligne que « le Moi qui veut maigrir et le Moi qui veut manger ou qui ne veut pas maigrir se redécouvrent ».

De l’écoute de soi à la redécouverte de soi

Dans ce contexte, la sophrologie vise plusieurs objectifs :

  • la gestion du stress liée au régime voire à l’intervention chirurgicale (dans le cas d’une gastroplastie par exemple)
  • l’intégration de changements de vie : nouvelles habitudes alimentaires, nouveau regard sur soi, activités physiques le cas échéant
  • la présence de sa corporalité et l’intégration de son schéma corporel (notamment futur) : dans ce cas, cela permet de prévoir voire d’accompagner la motivation (quelquefois même les effets « yoyo » liés à certaines conduites alimentaires inadéquates).

Il apparaît même que le travail sur la seule gestion du stress peut être un vecteur non négligeable de perte de poids, lorsque la personne compense son stress par des automatismes ou des pulsions alimentaires (la barre chocolatée à 17 h, dès le retour du travail…) ou qu’elle grossit justement du fait de son stress, alors même qu’elle a une alimentation quasi normale.

Le concours de la sophrologie s’inscrit nécessairement dans une démarche collégiale, entre les deux parties de la personne (les deux « Moi »), le professionnel de santé (médecin nutritionniste, par exemple) et, le cas échéant, entre le masseur-kinésithérapeute, l’ostéopathe, l’équipe paramédicale voire l’association en charge de l’accompagnement de la personne.

Concrètement, et hormis les techniques de base, les séances de sophrologie viseront à intégrer certaines techniques spécifiques, comme la recherche du geste signal associé à une sensation de satiété ou de plénitude, la SAP (Sophro Acceptation Vitale) ou la SCS (Sophro Correction Sérielle). La personne sera évidemment invitée à réaliser les exercices de façon régulière, entre les différentes séances.

Enfin, les exercices seront adaptés en fonction de l’âge de la personne qui consulte le sophrologue. Nous constatons malheureusement que le surpoids, l’obésité et la boulimie frappent de plus en plus tôt. Ainsi, une enquête IPSOS menée en 2012 indique que 19 % des jeunes de 15 à 25 ans (soit un Français sur cinq) est en surpoids ou obèse. De plus, 61 % des jeunes Français mangent leurs repas devant la télévision ou l’ordinateur au moins une fois sur deux. Ces habitudes sont à la fois le reflet d’une « société de remplissage » (selon l’expression du Dr Christophe André, psychiatre). Elles témoignent en outre de paradoxes : celui d’échapper à l’instant présent (source de bonheur ou tout au moins de sérénité) et celui de sur-consommer des informations, dont la plupart, mauvaises… qui augmentent nécessairement notre anxiété ou nos replis. Phénomène de double peine, avec tous les risques qu’ils comportent, y compris sur le plan alimentaire !

Ici, la sophrologie touche aux fondements de la psychologie positive. Elle nous renvoie alors aux forces et aux vertus qui peuvent (ou qui devraient !) animer chacune et chacun d’entre nous.

Le plaisir n’est que le bonheur d’un point du corps. Le vrai bonheur, le seul bonheur, tout le bonheur est dans le bien-être de toute l’âme ». – Joseph Joubert

Source SOPHROACTU : Jean-Michel SCHLUPP

Félicia Derenoncourt

6 rue Théophile de Bordeu
66000 Perpignan
Tel 06 72 47 65 19

Je me déplace sur toute la France.

En tant que Sophrologue, mon rôle est de vous accompagner dans la recherche de vos propres solutions pour atteindre votre objectif : gestion des émotions - amélioration du sommeil- préparation mentale – grossesse – parentalité - gestion de la douleur - phobies - pulsions ...

Cette approche, accessible à tous, est basée sur des exercices simples de respiration, de détente musculaire et de visualisations positives. Elle permet de trouver l’harmonie du corps et de l’esprit.

Pour cela, j’élabore et anime des protocoles d’accompagnement adaptés et personnalisés garantissant, à chacune des personnes, un accompagnement thérapeutique de qualité.

La sophrologie est une méthode thérapeutique et de développement personnel  qui se pratique en individuel et en groupe. Elle est basée sur le respect des règles morales et éthiques définies dans le code de déontologie des Sophrologues.

Dans le cadre d'un besoin de coaching, en tant que Sophrologue & Coach, je vous propose un accompagnement personnel ou en groupe ou en entreprise, pour répondre aux situations de :
- Gestion de situations personnelles difficiles (couple, sexualité, travail …) pour décisions
- Gestion de situations difficiles professionnelles (dont les RPS) : relations hiérarchiques, relations collaborateurs, le surmenage, le burn-out
- Changement de fonctions, d'entreprise pour un accompagnement concernant le développement personnel : gestion d'équipes, animation de réunions, interventions ...
- Recherche d’un nouveau poste, premier emploi, aide CV et mise en ligne réseaux sociaux professionnels, préparation entretiens...
Ces différents accompagnements pragmatiques sont basés sur la pratique de la Sophrologie et sur l’apport méthodologique adaptés aux problématiques personnelles et professionnelles, Ils vous permettront de construire vos solutions sereinement et de passer à l’action en confiance.

Felicia Derenoncourt - Sophrologue & Coach


Je suis à votre disposition pour toute question et prise de rendez-vous.
Au plaisir de vous rencontrer

Vous pouvez me joindre soit par le formulaire ici ou par téléphone au Tel 06 72 47 65 19

Questions & Réponses...

  • La sophrologie, qu'est- ce que c'est? +

    Il s’agit d’une méthode psychocorporelle qui tire son inspiration de différentes techniques de relaxation parfois millénaires telles que l'hypnose, le yoga, la philosophie zen.


    C'est le neuropsychiatre colombien, Alphonso Caycedo qui l'a développée au début des années 1960.


    Ses champs d'application sont nombreux. Elle permet notamment de lutter contre le stress, l'anxiété, les phobies, les troubles du sommeil, les problèmes de concentration ou même d'apprentissage pour les enfants.
    De manière générale, on obtient de très bons résultats dans l'accompagnement des changements, qu'ils soient d'ordre professionnels (changement, licenciement...) ou privés (changement, accouchement, séparation, deuil…)


    Il s'agit d'une technique de « visualisation positive », guidée par la voix du sophrologue, qu'il est possible d'enregistrer pour répéter l'exercice chez soi, la personne se projette dans un lieu qu'elle affectionne et qui l'apaise, s'imagine en train d'accomplir quelque chose, de surmonter une situation.

    En sophrologie, l'accent est toujours mis sur les qualités de la personne. L'idée est qu'avec les bons outils, c'est à dire des exercices adaptés à sa demande, chacun est capable de surmonter ses difficultés.

  • Comment ça marche? +

    La pratique de la Sophrologie permet d'investir son corps vers un mieux être optimum et de développer une relation physique et mentale harmonieuse.

    Le rôle du sophrologue :

    Il accompagne la personne avec empathie dans une démarche autonome de découverte, conquête et transformation, de favoriser son expérience pour développer une plus grande qualité de conscience et pour maitriser les facteurs : l'écoute du corps, la respiration, la gestion des émotions,...

    Les relations du Sophrologue et de la personne :

    Cette relation est nommée l'alliance. Les rapports entre les personnes s'effectue dans une démarche harmonieuse et responsabilisante. Le sophrologue instaure une relation d'égal à égal.

    La pratique du sophrologue s'appuie sur  trois principes essentiels à son l'efficacité :

    1) Le principe d'action positive :

    L'action positive : il représente tout ce qui est mobilisateur, qui va dans le sesns de la santé, de la vitalité, tout ce qui va éveiller une plus grande qualité de conscience. elle n'est pas forcément un ressenti d'intense bonheur mais peut naître de situations simples de tous les jours : savourer un bon petit déjeuner, humer le parfum des jardins, embrasser ses enfants en allant se coucher, tenir la main de son conjoint... autant de moments dont on peut s'impregner.

    Toute action positive, sur une de nos structures : corps-émotion-mental, se répercute sur l'ensemble des autres structures.

    L'entrainement sophrologique active le positif : toutes les techniques de sophrologie respectent ce principe d'action positive sans pour autant nier les difficultés de la personne. Lors d'un évènement difficile à vivre, la joie ne sera pas au rendez-vous. Mais à travers les séances, on va chercher à renforcer ce qui est positif en soi afin d'activer ses structures comportementales, émotionnelles et cognitives pour mobiliser toutes les ressources et capacités à renforcer la vitalité pour créer un rapport positif : aux situations du quotidien ou pour que la personne trouve une issue (une solution, une décision...) par elle-même.

    2) Le principe d'intégration du schéma corporel :

    Le corps a une tridimensionnatlité : c'est à dire sa perception dans le temps, l'espace et le ressenti. pour se percevoir, se ressentir, se mouvoir.

    Le schéma corporel est le lien entre le coté interne et externe du corps : une conscience corporelle qui n'est pas seulement l'image que l'on reflète dans le miroir. Il renvoie d'une part l'image de notre corps en mouvement dans l'espace et dans le temps et d'autre part à l'image de soi. 

    Le schéma corporel représente une capacité existentielle et universelle qui évolue au fil de notre vie par des changements et nouveaux apprentisages corporels.

    La sophrologie permet de travailler sur les deux représentations de notre corps :

    1° La représentation "objective" de notre corps : Prendre conscience de sa forme, son volume, de son accupation dans l'espace, selon ses postures, son équilibre et ses mouvements ainsi que leur coordination

    2° La représentation "subjective" de notre corps : Prendre conscience de l'aspect affectif et émotionnel du corps, de son histoire, de l'image que l'on a de son propre corps (beau, laid, rond, mince,...) de la façon dont on l'habite.

    3) Le principe d'adaptabilité :

    Le principe d'adaptabilité consiste à personnaliser  le protocole, l'accompagnement, les exercices de relaxation et la sophronisation. Le discours sera particulier à chaque personne. 

    Le sophrologue s'appuie sur la réalité objective tient compte de sa personnalité et de son professionnalisme. Cela consiste à prendre en considération tous les facteurs pouvant altérer l'accompagnement lors d'une séance . Ces facteurs seront essentiellement liés à l'état d'esprit du thérapeute, à celui de la personne qui fait appel à lui, ainsi qu'au cadre des séances. La personne sera accueillie en toute objectivité, sans jugement et en toute confidentialité.

     

     

     

     

  • Quels résultats peut-on espérer ? +

    En sophrologie, une dizaine de séances suffisent généralement à venir à bout du trouble pour lequel on est venu consulter, ou tout du moins à savoir le gérer seul grâce à une série d'exercices courts, pratiques, faciles à reproduire au quotidien et dans n 'importe quelle situation. 

    La sophrologie est une thérapie courte. Elle est orientée vers des solutions pratiques dans le cadre d'un parcours d'accompagnement défini. Évidemment, on peut faire plusieurs cycles de sophrologie au cours de sa vie.

    Dans tous les cas, la sophrologie n'a pas vocation, comme à régler les traumatismes lourds mais elle peut venir en complément d'un traitement.

  • Pour qui ? +

    Pour tous, hommes, femmes et enfants, du plus jeune au plus âgé.Qui peux suivre une therapie en sophrologie

    La méthode convient particulièrement à celles et ceux qui souhaitent une progression rapide et autonome dans la gestion de leurs maux, de leurs problèmes.

    Elle ne nécessite aucun effort physique particulier. Il n'est pas question de reproduire des gestes ou postures parfaites.

    Les demandes sont larges, la plus répandue étant liée à la gestion du stress et des émotions...

  • Comment s'organisent les séances ? +

    DUREE DES SEANCES

    La première séance dure 1h30 environ, pour avoir un temps plus long pour faire connaissance et identifier les besoins de la personne.

    En inter-séance, le sophrologue prépare le protocole personnalisé et complet, qu'il proposera à la personne lors de la 2ème séance.

    A partir de la 2ème séance, le temps moyen est se situe entre 45 mn et 1 heure. 

     

    DEROULEMENT D'UNE SEANCE

    La séance commence par un temps d'échange avec le sophrologue :"Comment s'est passée votre semaine?", "Avez-vous ressenti des douleurs physiques, des améliorations ?"

    Elle se poursuit par 2 phases d' exercices guidés par le sophrologue :

    - 1ère phase : les exercices de relaxation dynamiques (inspirés du Yoga)  pour installer la détente dans le corps. en exerçant des contractions musculaires et la respiration contrôlée. Elle permet de se relacher, de renforcer sa concentration et de développer la représentation de soi. Cette phase permet l'accès au niveau sophroliminal (niveau de conscience avant le sommeil) et elle un un passage à la sophronisation.

    - 2ème phase : les exercices de sophronisation (inspiré de l'hypnose) pour appuyer la suggestion mentale. Son objectif est de créer des ressentis positifs à l'état sophroliminal, qui permet d'etre dans un état d'ouverture de la conscience.

    et elle se clôture par un nouveau temps d'échange à propos des ressentis de la personne, au cours de la séance : "Quels exercices avez-vous préférés ?  Lesquels vous ont procuré le plus de bien-être ?"..

    Le sophrologue  valide ensuite avec la personne, les exercices à refaire au quotidien (oû il veut)) etils fixent ensemble la prochaine séance.

  • En pratique : où trouver le bon thérapeute, combien coûte une séance ? +

    Une première séance (de découverte) permet de valider le comportement thérapeutique du sophrologue et le niveau de confiance réciproque qui permettra une alliance de qualité.

    Il est également possible de consulter le site de la chambre syndicale de la sophrologie qui recense les praticiens enregistrés au Répertoire des Certifications Professionnelles (RNCP), sous la tutelle du ministère du Travail.

    Puis, "Le bouche à oreille est un bon indicateur", quant à la fiabilité d'un sophrologue.

    En ce qui concerne les tarifs, "cela dépend de l'endroit où est le cabinet du sophrologue.

    Par exemple en Région Parisienne, une séance individuelle coûte entre 50 et 80 euros" en moyenne, et une séance en groupe coûte entre 16 et 22 euros.

    Selon les mutuelles, les séances sont remboursables en partie ou en totalité. 

  • En quoi la sophrologie est-elle différente de la relaxation ? +

    La relaxation, quel que soit la technique, vise à obtenir une détente, facteur de bien- être.
    En sophrologie, la relaxation constitue une étape pour accéder aux techniques sophrologiques proprement dites.

  • En quoi la sophrologie est-elle différente de l’hypnose ? +

    Ces deux méthodes sont "cousines" :

    L’hypnose vise un niveau de conscience marqué par ce qui est appelé la dissociation : dissociation d'avec l'expérience présente de la personne (ses sensations, perceptions, pensées...). Il a besoin du thérapeute pour sortir de "l'état d'hypnose".


    La sophrologie se pratique dans un niveau de conscience où le sujet reste pleinement acteur de son développement et où est recherché une acuité plus grande à l'expérience, aux sensations et perceptions : la personne peut sortir seule de "l'état de sophronisation", à tout moment.


    Le praticien transmet lors des séances des techniques que les personnes reprendront dans leur entraînement personnel dans un objectif d'autonomie.

  • Sophrologie et Yoga ? +

    Le corps est essentiel dans les techniques sophrologiques (« Tout passe par le corps ») ; il s'agit là d'un point commun au Yoga.

    Toutefois, aucune posture, tenue, ni gymnastique particulières ne sont nécessaires en sophrologie, qui se pratique debout, assis et allongé, ce qui prime c’est le confort de la personne.

    Par ailleurs, la sophrologie est une approche laïque qui n’induit aucune croyance ni ne promeut aucune attitude dogmatique.

  • La sophrologie est-elle de l'auto-suggestion façon méthode Coué ? +

    Elle est intégrée dans la méthodologie positive de la sophrologie. Par le développement de la conscience, la sophrologie permet à la personne de (re)découvrir ses potentialités, de les mobiliser et d’accroître ses capacités d’adaptation pour mieux vivre son quotidien.

  • Quelles différences entre sophrologue et psychologue - psychothérapeute ? +

    Le psychologue s’occupe de l’inconscient. Il cherche à faire émerger des éléments inconscients de par un questionnement précis. Il travaille, notamment, avec la notion de transfert (projection du client sur le psychologue). Le psychologue se préoccupe avant tout des difficultés et de la souffrance psychique de la personne qui consulte. Le corps est essentiellement vu comme le lieu d'expressions des symptômes et de la souffrance que le psychologue va permettre de relier à l'histoire, au vécu et au passé du patient afin de mieux s'en dégager

    Le sophrologue s’occupe de la conscience. Il propose une méthodologie et des techniques propres à l’enseignement de la sophrologie. Il ne questionne pas le client sur son passé, son vécu sauf si le client lui même souhaite en parler. Le sophrologue est principalement centré sur la personne.  Il travaille avec les 3 structures de l’être : la structure corporelle, émotionnelle et mentale.
    Le sophrologue travaille avec la notion d’alliance (le lien de confiance établi entre le sophrologue et son client).

    Le sophrologue est un thérapeute qui s’est formé à des techniques de relaxations et de sophronisation.
    Certains sophrologues, sont aussi habilités à utiliser des techniques d'aides psychologiques et mentales,en fonction de leurs cursus et de leurs formations.

    Le sophrologue est  un thérapeute ; Il n’est pas formé pour établir un quelconque diagnostic, ni pour donner son avis ou intervenir sur un traitement en cours. Il peut toutefois compléter très utilement de nombreuses prises en charge en collaboration avec le corps médical, voire accroître l'efficience de traitements et d'autres thérapies.



  • En quoi la sophrologie est-elle différente de la parapsychologie ? +

    La parapsychologie étudie les phénomènes paranormaux. La sophrologie, au contraire, s'intéresse à la conscience humaine et universelle, aux phénomènes normaux spécifiques à l'être humain.